Le montage par attraction d’après Serguei Eisenstein

01 Juin 2018
Aucun commentaire

Le cinéaste russe Sergei Eisenstein, ne fut pas seulement un grand réalisateur, il fut également un théoricien renommé du montage cinématographique. En effet, le réalisateur du fameux « Cuirassé Potemkine » de part ses diverses expériences a écrit diverses théories sur le montage cinématographique et notamment la théorie du montage par attractions. Cette théorie a pour but de capter l’attention du spectateur en le choquant visuellement. Par la suite retravaillée, cette théorie d’abord simpliste s’est accompagnée des moyens techniques évolutifs mis à la disposition des réalisateurs pour devenir une théorie sophistiquée dont la postérité est toujours d’actualité.

 

Qu’est ce que la théorie du montage par attraction ?

 

La base de la théorie du montage par attractiond’Eisenstein repose essentiellement sur le spectateur, s’il s’est inspiré de son expérience au sein d’une troupe de théâtre, c’est au cinéma que le réalisateur russe applique sa théorie de façon beaucoup concrète. Eisenstein, a pour but de façonner le spectateur et de l’orienter vers un but décidé et choisi à la base, le tout à travers une série de pressions calculées sur son psychisme. Sergueï Eisenstein considère que le 7è art a pour essence et pour nature d’être conçu de telle sorte que le spectateur se voit acculer de coups portés à sa conscience et ses sentiments, et c’est par ces coups que le spectateur ressentira une satisfaction réelle tant physique que morale. Pour Eisenstein, il ne suffit pas de montrer des faits ou des événements de façon simple et réel, non il est nécessaire de provoquer tout un tas de réactions émotionnelles chez le spectateur. Ces réactions sont obtenues par la confrontation et l’accumulation dans le psychisme du spectateur d’associations voulues dans le montage même du film. Prenons l’exemple d’une scène de crime : mains saisissants la gorge, yeux qui remontent sur le front, couteau brandi, du sang qui jailli, une victime qui hurle, etc …. Chacun de ces fragments d’images vise à provoquer chez le spectateur les associations voulues. Et c’est au cours du montage par attractionque ces enchaînements d’associations vont provoquer le phénomène recherché par Eisenstein dans l’esprit du spectateur.  

 

 

Comment Serguei Eisenstein explique sa théorie du montage par attraction

 

Dans la scène finale de son film « La Grève », le réalisateur souhaite éviter que ses figurants donne l’impression de « jouer » leur mort, il a comme volonté d’éliminer les effets d’artifices que l’écran ne saurait supporter et qui est inévitable  même avec l’agonie la plus brillamment jouée par les figurants. C’est pourquoi, il décide d’employer un procédé très simple lors du montage qui consista à associer de manière alternative des images d’abattoirs avec celle de la fusillade. Le résultat est sans conteste très réussit car il provoque chez le spectateur un effet maximum d’horreurs sanglantes. Il procède également en alternant plan moyen et plans d’ensemble lors de la mises en scène : la chute de 1500 ouvrier dans un ravin, la fuite de la foule, des coups de feu et dans le même temps lors du montage il intercale ces fameuses images abattoir qui renforceront le sentiment d’horreur chez le spectateur.

 

 

Commentaires

@