L’apport de l’utilisation des effets spéciaux au cinéma

05 Septembre 2018
Aucun commentaire

 

 

Depuis le très célèbre « Voyage dans la Lune » de Georges Méliès, l’utilisation des effets spéciaux dans le montage cinématographiquea fortement évolué, et ce surtout depuis les trente dernières années grâce à l’évolution technologique des appareils cinématographiques. Les effets spéciauxdésignent tout ce qui ne peut pas être filmé dans la réalité au moment du tournage. Au départ, les cinéastes des années 1900 comme Méliès, Segundo ou encore Charles Bowers utilisaient surtout des trompes l'oeil, des arrêts de la caméra en changeant de position ou encore des surimpressions. Quand nous pouvons appeler les premiers effets spéciauxdu « bricolage », nous sommes aujourd’hui passés à une véritable création d’images synthétiques grâce notamment aux ordinateurs et aux différents logiciels de montage vidéo.

 

Le temps des grandes inventions dans l’utilisation d’effets spéciaux

 

La véritable révolution visuelle s’effectue en 1933 avec l’arrivée du film « King Kong » de Cooper et Schoedsack qui utilisent les techniques de l’animatroniqueet du stop motion. Un peu plus tard, c’est l’incrustation qui fait son apparition grâce au film « L’homme invisible » de James Whale. Enfin en 1940, c’est l’utilisation du fameux « fond vert » qui vient s’ajouter à la liste des effets spéciauxutilisés dans le montage filmique. De nombreux cinéastes ont révolutionné l’histoire du cinéma, Stanley Kubrick, dans le très célèbre « 2001 l’Odyssée de l’Espace » utilise des maquettes pour imager de façon réaliste à l’écran la conquête de l’espace. Georges Lucas, a également contribué au développement des effets spéciauxdans le cinéma, notamment en 1977 avec la sortie de « La Guerre des Etoiles », un bijou de science-fiction qui s’illustre par la qualité de ses effets spéciaux(utilisation de marionnettes contrôlées de façon manuelle, ou encore le maquillage et la création de costumes).

 

L’apparition du numérique ou le réalisme poussé à son paroxysme

 

Le développement d’images numériques dans le montage cinématographiqueest entièrement dû à la montée en puissance des ordinateurs depuis les années 1980. C’est en 1982 avec la sortie du film « Tron » qu’apparaissent pour la première fois au cinéma 15 minutes d’images entièrement de synthèse, ce qui est encore considéré comme une prouesse technique de nos jours. Georges Lucas, oui encore lui, utilise les premiers effets 3D incrustés dans son film « Le Retour du Jedi « . Il est suivi par d’autres réalisateurs qui se lancent dans l’utilisation d’animation 3D, notamment avec le film « Willow » ou encore « Delicatessen ». Dans les années 1990, le numérique est devenu indispensable pour de nombreux cinéastes qui ne jurent que par lui, on voit alors apparaître de nombreux films comme « Jurassic Park », « Abyss » ou encore « Terminator » qui de par leur montage et l’utilisation d’effets spéciauxmarquent un tournant dans l’histoire du cinéma et des effets spéciauxnumériques .

 

L’utilisation des effets spéciaux a encore de beaux jours devant lui

 

L’évolution des effets spéciauxévolue tous les jours, et certaines écoles cinématographiques ont pris conscience de l’ancrage spécifique qu’apporte l’utilisation des effets spéciauxdans le montage filmique. L’apprentissage des effets spéciauxn’est pas si simple, elle s’appuie sur une analyse historique des images, qui exige de la part des cinéastes un travail de réflexion sur l’équilibre entre technique, esthétique et vraisemblance dans la réalisation du visuel des effets spéciaux.

Commentaires

@